Tsunami de nourriture au Matsuri : Qu’est-ce qu’on mange ?

Petit rappel : qu’est-ce qu’un Matsuri ?

Un Matsuri (祭り ou まつり en japonais), c’est un festival, une fête populaire traditionnelle japonaise. Toutes les occasions sont bonnes pour un Matsuri : un défilé de danseurs comme à Koenji, une fête religieuse comme celle de Tanabata ou encore un festival des lumières comme celui de Kagoshima. Pour les japonais, les Matsuri sont l’occasion de s’amuser mais aussi et surtout de bien manger. La nourriture est très importante culturellement au Japon et ne vous inquiétez pas si vos amis japonais vous demandent souvent (parfois même tous les jours) “何を食べましたか?“, “なにをたべましたか?” ce qui signifie “qu’est-ce que tu as mangé ?”. Mais alors, me direz vous, qu’est-ce qu’on y mange dans ces Matsuri ? Voici un petit tour d’horizon des différents stands de nourriture que l’on peut y trouver.

La plupart des plats complets (yakisoba, okonomiyaki…) indiqués ci-dessous sont vendus autour de 500-600 yens, et les petits plats (brochettes, desserts…) sont autour de 100-200 yens.

今日何を食べるの?

Qu’est-ce qu’on mange aujourd’hui ?

Les plats grillés : yakimono…

焼き物 ou やきもの, les yakimono sont des plats grillés généralement sur une grande plaque chauffante appelée teppanyaki.

Yakisoba, les nouilles grillées

Les yakimono les plus connus sont les yakisoba (焼きそば, やきそば), nouilles de blé ou de sarrasin, accompagnées de légumes et de viande, grillées sur la plaque, et arrosées de sauce soja. On y ajoute du beni shoga (紅生姜), le gingembre rouge mariné (qui pour moi a un gout de gel douche) et d’autres ingrédients appelés tsukemono (漬物). Le gout de ces ingrédients supplémentaires est parfois très complexe et c’est difficile de s’y retrouver. Vous pouvez demander “sans” ((なし ou nashi) si vous avez peur des saveurs trop prononcées.

Takoyaki, boules de pâte au poulpe

Les takoyaki (たこ焼 , たこやき), littéralement « pieuvre grillée » est un plat de populaire originaire d’Ōsaka, se présentant sous forme de boulettes de pâte, semblable à la pâte à gaufre, et contenant un morceau de poulpe (pour la surprise). Le tout est cuit en moule sphérique. Ils sont généralement vendus par 6 ou 10 dans une barquette et recouverts d’une sauce sucrée à base de soja. On y dépose à la surface des flocons de bonite (poisson) séchés qui dansent à la surface du plat. Je ne suis pas particulièrement fan de takoyaki, mais c’est un plat très apprécié ici.

Okonomiyaki : la compilation d’ingrédients

Les okonomiyaki sont mes plats préférés des Matsuris ; le nom (お好み焼き, お好み) signifie « ce que vous aimez / voulez grillé ». Les variantes ainsi que les qualités d’okonomiyaki sont nombreuses. C’est un plat composé d’abord d’une pâte ressemblant à une pâte à crêpe que l’on dépose en premier sur la plaque, puis de nombreux ingrédients qui la garnissent (chou, œuf, bacon…). Ça me fait penser à la galette bretonne, mais en version plus complète ! C’est un plat plutôt lourd arrosé de sauce soja sucrée et de mayonnaise. Autant vous dire qu’après un okonomiyaki, on est plutôt bien calé.

Yakitori, les brochettes de poulet

Les incontournables yakitori (焼き鳥, やきとり), littéralement « oiseau grillé » sont aussi présents dans les Matsuri. Il existe de nombreuses versions de ces brochettes de viandes de poulet marinées dans une sauce et grillées normalement au barbecue ou parfois sur le teppanyaki. Il existe plusieurs sortes de yakitori, utilisant les différentes parties du poulet, du cœur à la peau (tous ne sont toutefois pas disponibles dans les stands de matsuri, qui tendent à limiter les options proposées)… Le yakitori le plus facile d’accès est sans doute le negima, composé de 3 morceaux de blanc de poulet et 2 morceaux de poireau. Si vous avez envie de vous régaler, je vous invite a visionner la recette du blog A vos baguettes.

En plus du poulet, on trouve aussi de nombreux stands de brochettes de porc et de bœuf.

Les fameuses brochettes de poulpe grillées, イカ焼き ou ikayaki, sont reconnaissables à leur forte odeur, de même que les brochettes de poissons grillés.

Dans les plats grillés on trouve aussi les dorayaki et les taiyaki, deux desserts (le premier est une sorte de pancake grillé, le second ressemble à nos chaussons aux pommes, mais en forme de poisson et souvent fourré de pâte de haricot rouge) mais on en trouve pas toujours dans les Matsuri, et cette fois-ci il n’y en avait pas.

Les autres plats salés

Dans les autres plats salés très à la mode au Japon en ce moment et bien gras aussi, on trouve les hot-dogs panés coréens qui n’ont de hot-dog que la saucisse. Cette brochette constituée de saucisse panées à la pâte de beignet ou de pomme de terre et parfois fourrée au fromage est tout sauf digeste. En ce moment, la mode est au fromage coloré en mode arc-en-ciel. Les Japonais mangent cette brochette souvent accompagnée de ketchup et de moutarde. Pas vraiment japonais tout ça.

Le plat frit typique du Japon est le karaage, 唐揚げ ou からあげ, poulet frit inspiré de la version américaine. On trouve aussi les patates chaudes cuites à la vapeur à manger avec du beurre ou de la crème fraîche. Les kebabs adaptés à la japonaise (chou râpé en guise de salade, taille environ équivalente à un demi-kebab vendu en France) ne sont également pas en reste.

Bref, vous avez compris, pas vraiment digeste en plein été, et pas non plus végétarien !

Les plats sucrés

Vous le savez sans doute déjà mais les Japonais ne sont pas vraiment des gros mangeurs de desserts. Si vous recherchez plutôt du sucré lors de ces festivals, vous allez devoir vous rabattre sur les fameuses bananes au chocolat ou les vendeurs rivalisent d’ingéniosité pour les rendre phalliques sans en avoir l’air.

On trouve aussi des petits gâteaux cuits dans des moules, façon gaufres, et aux formes amusantes. Leur nom est ベビーカステラ , baby castella (d’origine espagnole). Mais le plus rafraîchissant en été est le kakigori, かき氷, dessert à base de glace (d’eau) râpée sur laquelle on verse un sirop sucré et coloré. Certains stands permettent au client d’ajouter lui-même le sirop. Se faire son propre kakigori est un plaisir pour les petits, comme pour les grands, surtout si le stand autorise l’usage de plusieurs couleurs et parfums.

Autre friandise populaire et également bien connue en France – la pomme d’amour, ici déclinée également en fraise d’amour, raison d’amour, clémentine d’amour, ananas d’amour… Avec une couche de sucre d’enrobage parfois bleu pour ranger de l’habituel rouge.

Plus simple, et sans doute le plus digeste de la plupart des plats de cette longue liste (hors kakigori, facile à avaler puisque ce n’est que de l’eau glacée au sirop), certains stands vendent des brochettes de fruits natures, notamment des morceaux d’ananas – le plus fréquent et abordable, des morceaux de melon, ou des fraises – un peu plus cher. Si vous avez de la chance, les matsuri les mieux achalandés peuvent disposer d’un stand à salade de fruits.

Bonus : ambiance de Matsuri !

On vous laisse saliver avec d’autres photos du Matsuri de Tanabata, prises l’année dernière. Tous les plats photographiés ci-dessus proviennent également de ce Matsuri.

Informations

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.