Le tour de Tokyo à vélo, en suivant la ligne Yamanote

Tokyo à vélo, c’est comment ?

Tokyo, comme la plupart des villes japonaises, n’est pas spécialement aménagée pour la circulation cycliste. Très peu de voies cyclables. Très peu de stationnements gratuits. Et pourtant, ça fonctionne. Parce que dans les grandes avenues, la circulation des vélos est tolérée sur les larges trottoirs. Parce que les piétons laissent gentiment passer les vélos (moyennant un petit coup de sonnette). Parce que dans les petites rues, où il n’y a pas de trottoirs, il n’y a pratiquement pas de voitures. Parce que globalement la police n’est pas trop stricte quant au stationnement de vélos non autorisé (sauf gros coup de malchance, on récolte seulement des stickers qui disent que c’est pas bien).

Tokyo, ville non aménagée pour les vélos, est donc une ville très agréable à parcourir à vélo. On la voit sous un angle différent, à un rythme différent.

Mieux que le tour de France : le tour de Tokyo à vélo

Quoi de mieux pour avoir une vue d’ensemble de Tokyo que d’en faire le tour (pour autant que le “tour” d’une mégapole de 36 millions d’habitants soit possible…) ?

La célèbre ligne JR Yamanote offre le parcours parfait : elle délimite ce qu’on considère généralement comme le centre de Tokyo (en fait, un ensemble de centres reliés les uns aux autres), en formant une boucle de 34,5 kilomètres qui relie les principales gares de la ville (Shinjuku, Ikebukuro, Tokyo, Ueno, Akihabara, Shinagawa, Shibuya… au total, 29 stations).

Vérifiez la météo, prévoyez quelques heures devant vous, assurez vous que votre téléphone est bien chargé et que le GPS fonctionne, regonflez vos pneus. Puis, depuis votre lieu de résidence (ou de location de vélo), rejoignez la gare Yamanote la plus proche, choisissez votre sens de rotation, et c’est parti.

Mode d’emploi

En suivant les rues et ruelles qui longent la ligne Yamanote, on parcourt une petite quarantaine de kilomètres (oui, forcément c’est un peu plus long que le tracé des voies ferrées). Le moyen le plus simple de ne pas se perdre et d’optimiser le tracé est d’utiliser Google Maps, en indiquant, à chaque station, la station suivante comme destination et en choisissant l’itinéraire piéton (car il n’existe pas encore d’itinéraire cycliste dans Google Maps pour Tokyo).

Lorsqu’on a fait ce parcours cet été, pour éviter de perdre du temps aux stations, j’avais préparé avant de partir une carte Google du parcours, que je vous propose ci-dessous, ou en téléchargement ici (fichier KML).

A l’exception de 2 ou 3 escaliers (notamment près de Shinagawa et Shibuya) où il faudra porter les vélos (rien de bien méchant, rassurez vous, sauf si votre vélo est une moto ou une voiture), l’ensemble offre un parcours sans interruption, permettant de découvrir différentes facettes de Tokyo. Des petites ruelles à peine assez larges pour les vélos, des quartiers à love hotels, d’immenses avenues rectilignes aux trottoirs ultra-larges, des bâtiments d’un autre âge, des tours vertigineuses, des alignements de boui-bouis installés sous les voies des trains…

Aucun risque de mourir de faim ou de soif le long du parcours, grâce aux combini et distributeurs de boissons implantés littéralement partout dans la ville – et notamment au niveau des 29 gares, bien entendu.

Cet été, le tour de la Yamanote à vélo nous a pris environ 4 heures, avec des pauses photo à chaque station, et une petite pause combini ravitaillement au milieu du parcours. Selon votre rythme, comptez entre 3 et 5 heures. Sinon, vous pouvez le faire sans vélo, en train. Ça vous prendra 58 minutes, et ce sera moins fatiguant.

Quelques photos prises le long du parcours

Alors, vous le faites quand, votre tour de Tokyo à vélo ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.