Tokyo Sakura Run Festa ! Un semi-marathon fait maison, sous les cerisiers

Notre parcours réel. En rose, les sakura-zones.

L’année dernière, à peu près à la même saison, alors que nous faisions notre habituelle course à pied du weekend, nous nous sommes retrouvés mêlés à la foule venue admirer les cerisiers en fleurs, près du Palais Impérial. On s’était alors dit qu’en 2019, on pourrait prévoir un parcours spécial, reliant les meilleurs spots à sakura dans Tokyo.

Dimanche 31 mars 2019. Comme les cerisiers étaient à leur floraison maximum ce weekend, et que le temps n’était pas trop moche aujourd’hui, on a chaussé nos meilleures chaussures de course (facile, on a seulement une paire chacun), et on est partis sur un itinéraire rapidement planifié ce matin sur Google Maps, reliant quelques lieux connus, et auxquels se sont ajoutés en cours de route quelques points supplémentaires :

  • Le parc Toyama (A)
  • Le long de la rivière Kanda (B)
  • Le long du canal entre Iidabashi et Ichigaya (de C à D)
  • Le temple Yasukuni (E)
  • Le Palais Impérial (F)
  • Le parc Hinokicho à Tokyo Midtown (G)
  • Le cimetière Aoyama (H)
  • La rivière Meguro (I)
  • Le parc Yoyogi (J)

La carte Google Maps de Tokyo Sakura Run Festa

Il s’agit de la carte théorique préparée avant la course, et légèrement corrigée pour ajouter les points C, D et E, qui n’étaient initialement pas prévus. Le parcours réellement couru est représenté sur l’image ci-dessus.

Au total, ce parcours représente un peu plus de 20 kilomètres. Si on avait été un peu plus courageux, on aurait pu continuer jusqu’au parc Shinjuku Gyoen, puis finir la boucle jusqu’au point de départ, près du parc Toyama. On verra l’année prochaine, pour l’instant on a mal aux jambes.

Si vous voulez faire votre propre parcours de marathon des cerisiers en fleurs, vous trouverez ci-dessous notre avis sur les différents lieux visités. Je précise que nous avons fait ce parcours un dimanche en fin de matinée et début d’après-midi, pendant le weekend de floraison maximale, et juste après un samedi un peu froid et couvert. La fréquentation des différents lieux était donc sans doute à son niveau maximum. Pour chaque lieu sont indiqués le niveau de Sakura Effect (de 🌸 pour “bof” à 🌸🌸🌸🌸 pour “waouh”) et le niveau de confort de course (de 🏃‍♀️ pour “impossible de courir” à 🏃‍♀️🏃‍♀️🏃‍♀️🏃‍♀️ pour “on peut courir les yeux fermés ou presque”).

Le parc Toyama (A)

Ce point est sur le parcours uniquement parce qu’on habite à côté et que c’était donc notre point de départ. On y trouve quelques cerisiers, mais rien de transcendant. A proximité toutefois, un joli petit temple, avec deux ou trois cerisiers (et des pigeons, étonnant car en général on croise plutôt d’énormes corneilles).

  • Sakura Effect : 🌸
  • Confort de course : 🏃‍♀️🏃‍♀️🏃‍♀️🏃‍♀️

Le long de la rivière Kanda (B)

Une partie très sympathique sur le parcours, puisqu’on peut courir le long de la rivière sur un cheminement piétonnier peu encombré, car moins connu que Meguro. On trouve des cerisiers sur une bonne partie de la rivière. On a parlé des cerisiers de la rivière Kanda ici.

  • Sakura Effect : 🌸🌸🌸
  • Confort de course : 🏃‍♀️🏃‍♀️🏃‍♀️

Le long du canal qui relie Iidabashi et Ichigaya (de C à D)

A vrai je ne sais pas si c’est un canal ou un plan d’eau ou autre chose. C’est connecté à la rivière Kanda, au niveau d’Iidabashi, où se trouve le Canal Café, un ensemble de trois restaurants-cafés installés sur des terrasses flottantes sur le canal. La vue sur les cerisiers qui longent le canal y est sympathique, la file d’attente un peu moins. On peut courir sur le trottoir, assez large, jusqu’au pont Shinmitsuke, qu’on emprunte pour traverser le canal et se diriger vers le temple Yasukuni, qui est tout proche.

  • Sakura Effect : 🌸🌸
  • Confort de course : 🏃‍♀️🏃‍♀️🏃‍♀️🏃‍♀️

Le temple Yasukuni (E)

Le fameux temple controversé, de part la présence de sépultures de criminels de guerre japonais ; le temple héberge également le musée de la guerre, avec son approche particulière de l’histoire des conflits dans lesquels le Japon s’est engagé.

Ce point a été ajouté en court de route sur notre itinéraire : on ne l’avait pas prévu parce qu’on ne savait pas qu’il y avait des cerisiers dans ce temple. Il se trouve qu’il y en a beaucoup, et que c’est très joli avec les bâtiments du temple autour. Pas mal de visiteurs (mais ça reste raisonnable) et des animations.

  • Sakura Effect : 🌸🌸🌸
  • Confort de course : 🏃‍♀️

Le Palais Impérial (F)

Nous n’avons longé qu’une petite partie du parcours qui fait le tour du Palais, au nord-ouest du jardin Kitanomaru. Le lieu est aussi fleuri que fréquenté, il n’était pas possible de courir sur le cheminement principal, balisé et organisé par des agents de sécurité. Nous avons couru sur la route parallèle au chemin qui se trouve sous les cerisiers, pour nous échapper rapidement de ce secteur trop peuplé.

  • Sakura Effect : 🌸🌸
  • Confort de course : 🏃‍♀️

Le parc Hinokicho à Tokyo Midtown (G)

La partie est du parc, avec son plan, n’est pas particulièrement sakuresque. Le plus joli est la partie nord-ouest, avec les chemins qui contournent le complexe hôtel-centre commercial de Tokyo Midtown. Ces chemins sont bordés de très jolis cerisiers, et une passerelle donne une belle vue d’ensemble.

  • Sakura Effect : 🌸🌸🌸
  • Confort de course : 🏃‍♀️🏃‍♀️

Le cimetière Aoyama (H)

Meilleure partie du parcours, ce cimetière – le plus grand de Tokyo – accueille des cerisiers le long de plusieurs de ses allées. Le contraste entre les fleurs et les tombes est saisissant, et le lieu n’est pas particulièrement fréquenté. On peut très facilement courir dans les allées sans avoir à slalomer entre les piétons. En bonus, une vieille dame nous a montré où se trouve la tombe du célèbre Hachiko, le chien mascotte de Shibuya, et de son maître.

  • Sakura Effect : 🌸🌸🌸🌸
  • Confort de course : 🏃‍♀️🏃‍♀️🏃‍♀️🏃‍♀️

La rivière Meguro (I)

Un des lieux les plus connus de Tokyo pour observer les cerisiers en fleurs. Trop connu, en fait. Les cheminements le long de la rivière étaient bondés, il était non seulement impossible de courir, mais également difficile de réellement profiter des cerisiers dans ce tumulte. Un lieu à éviter les weekends et jours fériés en période de floraison, d’autant plus qu’il existe des options bien plus sympathiques et moins fréquentées.

  • Sakura Effect : 🌸🌸
  • Confort de course : 🏃‍♀️

Le parc Yoyogi (J)

Théoriquement, ça devait être l’avant-dernière étape de notre parcours, avant le parc Shinjuku Gyoen (qui aurait été la seule étape payante). Mais nos jambes ont eu raison de nous, nous nous sommes donc arrêtés ici, à Yoyogi, au milieu des milliers de personnes venues fêter hanami sous les cerisiers du parc. En bonus entre Meguro et Yoyogi, la traversée de Shibuya. Pas énormément de cerisiers ici, mais ce bon vieux Hachiko – croisé plus tôt dans le cimetière d’Aoyama – en a un pour lui, c’est l’essentiel.

  • Sakura Effect : 🌸🌸🌸
  • Confort de course : 🏃‍♀️🏃‍♀️

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.