La livehouse Sugamo Shishio, du rock dans le quartier des mémés

Comme indiqué dans un précédent article, Tokyo regorge de livehouses, micro-salles de concerts souvent dissimulées dans les sous-sols d’immeubles dont on ne soupçonne guère, au premier coup d’oeil, qu’ils abritent des gisements de rock’n’roll.

Certaines de ces salles, qui font généralement aussi office de bar, se sont spécialisées (par exemple le Wild Side Tokyo à Shinjuku fait plutôt dans le hardrock et metal), voire ultra-spécialisées (comme le Bauhaus de Roppongi, qui se démarque nettement du lot par son concept unique – voir notre article dédié, ou encore le Abbey Road également à Roppongi qui ne joue que des chansons des Beatles).

Nous aurons l’occasion d’en reparler dans de futurs articles.

En attendant, voici un rapide petit tour au Sugamo Shishio, une livehouse située à deux pas de la station de Sugamo – dans le fameux quartier abritant le Harajuku des mémés, dont nous avons parlé dans un précédent article.

Nous y sommes allés pour voir un groupe de reprises de Bon Jovi (qui jouait avec également un groupe de reprises de KISS et un autre de Iron Maiden). Comme dans beaucoup de livehouses, le son du Sugamo Shishio était réglé un peu trop fort – c’est dommage mais visiblement c’est comme ça que les Japonais apprécient leurs concerts rock…

L’ambiance était là – pour un dimanche après-midi. Oui, car une autre spécificité des livehouses, ce sont leurs horaires assez étranges pour les concerts, qui commencent souvent très tôt dans la soirée. Les salles de ce type permettent, pour 2000 à 3000 yen (en moyenne), d’assister à 3 ou 4 concerts de groupes amateurs (dont le niveau est souvent très bon) voire semi-professionnels, et de découvrir une autre facette de Tokyo et des Japonais, à l’écart des sentiers battus.

Je ne sais pas comment finir cet article, alors voici des liens.

Laisser un commentaire