La Parade des Renards du Nouvel An, à Oji

La raison de cette parade se trouve dans cette image dont le nom original est Ôji, Shôzoku enoki, ômisoka no kitsunebi. Traduction : Les feux des renards à la veille du Nouvel An sous l’arbre d’Ôji »  Les « Cent vues d’Edo » (Meisho Edo hyakkei) par Hiroshige Utagawa (1797-1858), 1856-1859.

Selon la légende, de nuit, sous un ciel étoilé, la veille du Nouvel An, des renards phosphorescents, accompagnés de mystérieuse flammeroles, se rassemblent sous un grand arbre à Ôji, au nord d’Edo, près du sanctuaire shintô d’Inari, la divinité du riz. D’après la légende, les renards, messagers d’Inari et gardiens du temple, étaient dotés de pouvoirs surnaturels : bien que traditionnellement regardés au Japon comme des animaux nuisibles, les renards étaient censés se donner rendez-vous la nuit du dernier jour de l’année sous un micocoulier, pour protéger la récolte du riz et conjurer le mauvais sort ; alors émanaient d’eux des feux follets qui brûlaient à leur côté comme autant de flambeaux alimentés par leur haleine. Les paysans formulaient des vœux : du nombre de flammeroles devait dépendre l’abondance de la récolte à venir. Lorsque mourut le grand arbre de l’époque de Hiroshige, les habitants décidèrent d’en planter un nouveau vénéré de nos jours encore. L’impression de cette planche, tirée dans des teintes de gris, de noir et de bleu, avec quelques touches de vert, de jaune et de rouge, est une prouesse technique ; la perfection dans le rendu du clair-obscur, le traitement de la lumière et des ténèbres, la réussite de l’effet nocturne, rehaussé par la luminosité des renards et le scintillement des étoiles, font de cette estampe un vrai chef-d’œuvre graphique.  Source: BNF

C’est pour honorer cette légende, que chaque 31 décembre, les habitants du quartier d’Oji se déguisent en renard et défilent en procession jusqu’au temple d’Oji, pour la première prière au temple de l’année (Hatsumode). Le programme de la soirée était précisé et distribué:

 

Ce sont les mêmes renards que l’on célèbre au sanctuaire fushimi Inari, là où nous avions acheté un masque de renard pour Uly-kun.

Nous sommes arrivés vers 21h30 à la gare d’Oji. Il y avait quelques stands de matsuri où l’on pouvait manger des Udons dans leur bouillon, plat traditionnel du réveillon du 31 décembre.  Quelques japonais portaient leur yukata et un masque de renard (qu’ils portent typiquement sur le coté de la tête et non sur le devant). D’autres avaient aussi le visage maquillé en renard: il était possible de se faire maquiller dans un des stands.

 

Deux énormes masques de renard étaient accrochés, tout comme des lanternes, pour décorer la rue. Les deux masques ont ensuite été décrochés pour la procession. La procession a commencé à minuit, passage de la nouvelle année pour aller jusqu’au temple shinto d’Oji inari. Inari est le kami (dieu shinto) de la croissance du riz, souvent représenté par un renard.

Cette ambiance de contes et légendes japonaises nous a donné envie de revoir le dessin animé Pompoko des studios Ghibli. A voir et à revoir …

 

Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.