Excursion à Enoshima, l’île sanctuaire

Située à environ une heure de Tokyo, juste à côté de Kamakura et sa plage, l’île d’Enoshima est une sorte de Mont Saint-Michel japonais : une île sur laquelle afflue un flot continu de touristes et visiteurs pieux, sur laquelle on trouve un site religieux et une rue principale bordée de boutiques de souvenirs et mini restaurants.

L’accès à Enoshima peut se faire par un train direct depuis la gare de Shijuku à Tokyo, ou par un premier train qui va jusqu’à Kamakura, puis un second train, plus petit, qui longe la côte et relie Kamakura à Enoshima, par un chemin tortueux qui passe au milieu des habitations (on a parfois l’impression d’être dans le jardin des gens) – le train Enoden. Une fois arrivés à la gare d’Enoshima, il reste à traverser à pied l’unique pont qui permet d’accéder à l’île.

La traversée terminée, on se retrouve dans un gros tas de gens (infiniment plus dense qu’au Mont Takao), qui convergent plus ou moins vers une rue principale ascendante. On devine qu’à son extrémité se trouve le sanctuaire principal, caché dans la forêt qui recouvre le haut de l’île. Astuce Micro Kids : prendre une ruelle détournée et déserte, pour se retrouver dans un petit cimetière désert, peuplé uniquement de statuettes de pierre. En montant l’escalier qui traverse ce cimetière, on retombe rapidement sur le chemin principal, dans le sanctuaire. On a alors le choix entre de très belles vues sur la baie d’Enoshima, avec au loin la plage de Kamakura, et les toujours très exotiques scènes de sanctuaires : visiteurs accrochant une plaquette votive, lancers de pièces de monnaie vers une urne porte-bonheur, etc. Le truc cool avec les sites religieux japonais est qu’ils ne sont pas intimidants et fermés comme les églises européennes. On y trouve donc beaucoup plus de vie, et moins de prise de tête.

Egalement visibles sur l’île d’Enoshima au sein de ce sanctuaire : une clôture grillagée sur laquelle fleurissent les cadenas d’amoureux, un ou deux artistes de rue (on a eu droit à un excellent jongleur), un chat qui fait la sieste, et les jolies plaques d’égoût arborées de la ville d’Enoshima.

Retour sur la terme ferme par le même pont (il y a aussi une desserte par un petit bateau, qui arrive dans la zone secrète du tunnel-grotte d’Enoshima, que nous n’avons pas eu le temps de visiter cette fois, mais ce n’est que partie remise). Petite pause sur la plage avant de repartir – en faisant attention à ne pas attirer l’attention des rapaces avec de la nourriture (il paraît qu’ils n’hésitent pas à attaquer les passants pour leur piquer leurs chips et onigiri). Et nous revoilà repartis, cette fois par le train (et sa jolie gare) qui se rend directement à Shinjuku.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.